Rechercher
  • melane

Jour 38 – 20 avril 2020

Crash

 

Du jamais vu, les cours du pétrole coté à New York se sont effondrés. Sur les marchés à terme, le brut américain a perdu près de 300% dans la soirée, passant en territoire négatif, à -37,63 dollars. Il s’agit de la plus forte baisse jamais enregistrée par Bloomberg dont les données remontent à 1983. On ne sait plus quoi faire des stocks à ras bord. La pression va s’accroître sur l’Iran et le Vénézuela. Entre la pandémie et la pression des Etats-Unis, la production s’est effondrée et la population se réfugie dans les pays voisins. L’Algérie et l’Irak ne sont pas loin de l’ébullition sans compter certains états pétroliers Africains comme le Cameroun et le Congo.


Ça sent le soufre, à la maison aussi. Niveau de tension 90%


Jour 40 – Masochisme - 22 avril 2020

La construction ou la rénovation d’une maison est reconnue comme étant la deuxième source de stress pour un couple. Nous sommes en pleine pandémie, l’année de mes futurs 40 ans, dans un environnement planétaire instable et on ne trouve rien de mieux que de « peut-être » acheter une maison.


Jour 41 – Il serre toujours mon plexus, non ? - 23 avril 2020

Les systèmes tiennent souvent beaucoup plus longtemps qu’on ne le pense, mais finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine. (Ken Rogoff)

Ça y est je panique. Maux de crâne et gueule de bois permanente.


Jour 42 – Vaudeville - 24 avril 2020

OFSP : « Les études sérologiques ne sont pas fiables, ce n’est pas parce qu’on a été en contact avec le virus que l’on est immunisé, donc nous attendons d’avoir un test fiable avant de le proposer à large échelle (3 minutes plus tard dans le discours)

Concernant les enfants, nous nous basons sur les tests de sérologie. »


Si c’est n’est pas de « La fabrication du consentement » ça y ressemble beaucoup.

Après des semaines où nous sommes réduits à l’état de moutons suivant le berger, le risque existe qu’une fois le troupeau autorisé à s’égailler, les meneurs soient tentés de décréter encore et encore des restrictions, plus ou moins justifiées. Ils nous y ont préparés. D’autant qu’en l’occurrence les médias martèlent et répercutent les messages officiels dans un vacarme envahissant et assourdissant. Sans quasiment laisser affleurer les questions qui dérangent.


Et le soleil brille toujours tout ce qu’il peut.


Jour 45 – Nan, sans moi - 27 avril 2020

Résilience : phénomène psychologique qui consiste pour un individu affecté par un traumatisme, à prendre acte de l’événement traumatique de manière à ne pas, ou plus, vivre dans le malheur et à se reconstruire d’une façon socialement acceptable. Mode coping ON


Jour 47 – Statistique - 29 avril 2020

Le nombre total de morts dus au coronavirus, en 4 mois et dans la totalité du monde, correspond à ce jour, au nombre de victimes quotidiennes de la famine. Il correspond également au nombre de victimes quotidiennes de la pollution. Accessoirement, il correspond enfin au nombre d’animaux que nous tuons chaque seconde.


Cela ne rabaisse en rien la gravité de ce qui advient et qui va empirer, évidemment. Cela ne doit surtout pas légitimer une appréhension du tragique en termes purement comptables. Mais cela invite néanmoins à un peu de décence quant à notre propre perception du monde de quand « tout allait bien »














4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout