Rechercher
  • melane

Jour 7- 20 mars 2020

Etude

 

Le traumatisme selon les psychologues, a lieu quand on n’a pas pu se préparer à un événement, quand on est surpris psychiquement. Si vous connaissez le danger qui va surgir, vous vous y préparez. Le traumatisme psychique n’est en rien proportionnel aux blessures infligées. Dans l’ordre : l’anomie, l’angoisse de l’effondrement du lien social, l’absence de normes, la panique du pillage. A cela s’ajoute la peur de la contagion, renforcée par le caractère invisible du virus. Dieu bénisse mon pessimisme et la grande capacité de mon cerveau à fabriquer les scénarios les plus flippants possibles. Suis prête.


Jour 8 – Anomie – 21 mars 2020

Puisque j’ai appris ce que l’anomie signifie (cf. jour 7), je lui souhaite d’être créatrice de formes nouvelles de relations humaines, d’autonomies qui ne sont pas celles d’une référence à des normes constituées, mais ouvertes sur une créativité possible. Comme pour mon mari, je pense qu’elle incite l’individu à des sociabilités jusqu’ici inconnues : il a appelé ses parents trois fois cette semaine et pris des nouvelles de tous ses amis.


Jour 9 –Utopie – 22 mars 2020

Début de la perte d’idéal. Malheureusement, personne n'explique à quoi ça sert un idéal. Pourquoi, en effet, puisqu'on ne l'atteindra jamais ou rarement. Ceux qui pensent cela mettent en réalité le doigt sur la principale qualité d'un idéal. Plus il est inaccessible, plus il est intéressant.


Jour 10 – Refonte – 23 mars 2020

Merci à l'Etat de me permettre de me prendre la tête avec ma progéniture grâce aux devoirs, à défaut de pourrir notre système immunitaire, nous y laissons notre cerveau. L'anarchie est sans aucun doute le plus beau rêve de l'humanité car l'absence d'autorité suppose que chaque être ait un niveau de responsabilité suffisant pour s'en passer. C’est pas encore gagné.


Jour 11- Deuil – 24 mars 2020

Ça y est c’est aujourd’hui. Le pire jour de cette quarantaine qui va durer entre trois plombes et 24 lunes. C’est aujourd’hui que je perds ma sœur d’armes à quatre pattes. Comment vais-je faire sans mon gourou de vie qui arrivait à m’apaiser d’un battement de moustache et qui d’un clignement de paupières me disait en silence : « t’inquiètes pas ». Adieu Darling Cat Von Tigers.












6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout